Huile de palme: 150 Camerounais saisissent une holding qu’ils accusent d’être liée au groupe Bolloré

Medium_1297143-un-homme-participant-a-la-recolte-des-fruits-a-l-origine-de-l-huile-de-palme-2968680128
Agence France-Presse | 21 février 2024

Huile de palme: 150 Camerounais saisissent une holding qu’ils accusent d’être liée au groupe Bolloré

Cent cinquante paysans camerounais ont saisi mi-février la marque d’une holding belgo-luxembourgeoise, qu’ils accusent d’être liée au groupe Bolloré, pour ne pas leur avoir réglé une créance de 140.000 euros, selon des documents consultés mercredi par l’AFP.

Cette saisie, déposée auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) et validée par des huissiers de justice, donne à la Société financière du caoutchouc (Socfin) un délai d’un mois pour régler ce montant, sans quoi les créanciers pourront réclamer la vente forcée de la marque.

Les plaignants camerounais dénoncent l’exploitation de palmiers par la Socapalm (Société camerounaise de palmeraies), filiale de la Socfin, près de leur lieu de vie. Selon eux, elle les empêche d’accéder à des terrains et lieux de sépulture et pollue les eaux dont ils dépendent.

En septembre, un juge de l’exécution du tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) a condamné Socfin à payer 140.000 euros aux riverains camerounais pour ne pas avoir transmis des documents qui pourraient établir une connexion entre la holding et le groupe Bolloré.

De tels liens pourraient, selon les plaignants, soumettre la multinationale française au « devoir de vigilance » sur ses activités qui oblige, depuis 2017, les plus grandes entreprises à prévenir les atteintes graves aux droits humains et à l’environnement chez leurs sous-traitants et fournisseurs étrangers.

Dans un communiqué, Fiodor Rilov, avocat des riverains camerounais, affirme que la saisie de la marque Socfin par ses clients est « une nouvelle conséquence concrète de leur action basée sur la loi de 2017 relative à l’obligation de vigilance des grandes multinationales ».

Contactés par l’AFP, Socfin et le groupe Bolloré n’avaient pas réagi dans l’immédiat.

dho/mat/clc

Agence France-Presse
  •   AFP
  • 21 February 2024
  • Send a letter calling on the financial backers of Agilis Partners to stop the land grabs and human rights violations against the Kiryandongo community in Uganda
  • Who's involved?

    Whos Involved?


  • 11 Sep 2024 - Bruxelles
    Projection "Landgrabbed"
  • Languages



    Special content



    Archives


    Latest posts