L'Office du Niger s'ouvre aux investisseurs des pays de l'UEMOA
Published: 14 Nov 2012
Posted in:  Mali | WAEMU
Comments (0) Print Email this
L'UEMOA a signé une convention avec le gouvernement du Mali pour l’attribution et l’exploitation de 11.288 hectares dans la zone Office du Niger, dans les casiers agricoles de Touraba et de Kandiourou.
L'Essor | 14 novembre 2012

L'Office du Niger s'ouvre aux investisseurs des pays de l'UEMOA

L’organisation sous-régionale y a lancé un projet d’aménagement dont l’objectif est d’en faire le grenier à riz de l’Afrique de l’Ouest

Les travaux de l’atelier de lancement des activités des composantes 2 et 3 du projet régional de mise en valeur des terres de l’Office du Niger dans le cadre de l’UEMOA, ont débuté mardi à l’hôtel Radisson.

L’ouverture de la rencontre présidée par le ministre de l’Agriculture, Yaranga Coulibaly, a eu lieu en présence du représentant de la commission de l’UEMOA, Ibrahima Djéné, de responsables de l’Office du Niger ainsi que de représentants des pays membres de l’organisation sous-régionale participant à la rencontre.

Pour atteindre l’objectif de sécurité alimentaire fixé dans le cadre de la politique agricole de l’UEMOA, la commission a décidé d’engager des actions de développement des zones à potentiel élevé dans les états membres.

Une première phase est ainsi logée en zone Office du Niger où existe un important potentiel exploitable (environ 1 million d’hectares dont plus de 90.000 sont actuellement mis en valeur). Le potentiel hydro agricole de l’Office du Niger reste encore largement sous exploité. Pourtant les progrès enregistrés ces dernières années sur le plan de l’intensification agricole confirment que l’Office du Niger peut effectivement devenir le grenier de l’Afrique de l’Ouest.

Une étude prospective a été conduite en 2004 par le centre d’investissement de la FAO pour évaluer le rôle que l’Office du Niger pourrait jouer à moyen terme comme plate-forme d’intégration de la sous-région, en termes d’échanges et d’accueil d’entrepreneurs et de capitaux privés. C’est dans le même cadre que la commission de l’UEMOA a signé une convention avec le gouvernement pour l’attribution et l’exploitation de 11.288 hectares dans la zone Office du Niger, dans les casiers agricoles de Touraba et de Kandiourou.

D’où la tenue de cette rencontre de Bamako dont l’objectif est d’informer les parties prenantes sur le niveau de mise en œuvre du projet et valider les actions à venir.

L’aménagement et la mise en valeur du casier de Touraba, plat de résistance de l’atelier, portera sur l’alimentation en eau à partir de l’adducteur primaire de Sokolo. La superficie brute du casier est de 2.174 ha et la superficie nette aménagée de 1.842 ha. L’UEMOA envisage de répartir les terres qui seront aménagées entre trois types d’exploitants ressortissants des pays membres.

Les paysans autochtones seront attributaires de petites parcelles de taille unitaire ne dépassant pas 4 ha de superficie. Des superficies plus vastes seront octroyées aux exploitants privés ayant une capacité technique et financière suffisante et aux grands investisseurs capables de créer des entreprises agricoles.

Le projet prendrait en charge sous forme de subvention de l’UEMOA le coût des investissements structurants (réseaux primaires, pistes intérieures, aménagements, etc.) Les promoteurs privés devraient rembourser le coût des infrastructures socio-collectives qui seront financées par le gouvernement à travers l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (ANICT).

Ce projet Office du Niger-UEMOA s’appuie sur trois composantes : développement des infrastructures, mise en valeur agricole des terres aménagées et organisation et gestion du projet.

Le représentant de la commission de l’UEMOA a salué les autorités pour « leur leadership et leur attachement à l’intégration régionale ». Ibrahima Djéné s’est appesanti sur le caractère « symbolique et significatif » de ce projet dont la finalité est d’assurer la sécurité alimentaire des populations et de lutter contre la pauvreté dans l’espace sous-régional. Il a remercié les autorités de notre pays pour les efforts consentis en mettant à la disposition des populations de l’espace UEMOA des terres agricoles exploitables, avant de prendre l’engagement de mettre ce projet en valeur afin de permettre à nos pays de passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture compétitive.

Le ministre de l’Agriculture a jugé le projet en parfaite harmonie avec la politique d’intégration prôné par le Mali ainsi que celle relative à la lutte contre la pauvreté. Yaranga Coulibaly a souligné l’importance du projet avant de rappeler les difficultés liées au déficit agricole auquel les pays membres de l’Union font face et la nécessité de renverser cette tendance.

L’objectif global de ce projet est de renforcer l’intégration économique régionale de l’espace UEMOA et la sécurité alimentaire des populations par l’ouverture de la zone de l’Office du Niger aux ressortissants des Etats membres.

Une convention de maîtrise d’ouvrage délégué a été signée entre l’UEMOA et l’Agetipe-Mali pour la réalisation des études et des travaux qui ont démarré en janvier dernier. Fin juillet 2012, le niveau d’avancement des travaux était estimé à 34%.

Mh. TRAORE
Source:L'Essor