Gestion des terres en Afrique. Bolloré répond aux accusations
Published: 08 Feb 2013
Posted in:  Bolloré | France | SOCFIN | Sierra Leone
Comments (0) Print Email this

Reuters | 08 février 2013

Sierra Léone
Gestion des terres en Afrique. Bolloré répond aux accusations

Le groupe Bolloré a tenu à réagir à l’article intitulé « Une filiale de Bolloré épinglée pour sa gestion des terres en Afrique », dans lequel une de ses filiales est mise en cause.

« Il ne nous appartient pas d’entrer dans la polémique que voudrait susciter l’article, mais le groupe Bolloré tient à préciser le caractère erroné des informations qu’il contient, notamment quant à l’implication de notre groupe dans la gestion et l’exploitation des plantations d’huile de palme en Sierra Léone. »

« En effet, le groupe Bolloré n’étant ni l’actionnaire majoritaire, ni l’opérateur de Socfin, il est parfaitement injustifié de chercher à le mettre en cause ».

« Le groupe Bolloré sait, en revanche, que les activités du groupe Socfin, -l’un des premiers groupes mondiaux dans les secteurs des plantations, dans lequel il est spécialisé depuis plus d’un siècle, contribuent, en plus des différents investissements réalisés sur place dans le domaine social, à l’approvisionnement en nourriture des pays concernés ».

« Le groupe Bolloréest, pour sa part, l’actionnaire majoritaire et l’opérateur de la SAFACAM qui, au Cameroun, exploite 8 800 hectares de terres, sans que ces activités n’aient jamais suscité la moindre contestation. »

« Enfin, et de façon globale, le groupe Bolloré ne peut que s’enorgueillir de contribuer, par les investissements qu’il effectue en Afrique et l’action de ses 22 000 collaborateurs, répartis dans 43 pays, au développement économique de ce continent ».

Source:Reuters